Participer

Un article de Jesuites.com sur le bénévolat avec Inde-Espoir !

Qui part ?
Parmi les étudiants qui partent avec Inde-Espoir, beaucoup viennent des aumôneries des Grandes Ecoles et Universités. Mais il n’est pas impératif d’être chrétien pour participer ; il importe seulement de partager les valeurs pratiquées par le groupe et d’être ouvert à la dimension spirituelle de l’expérience. Pendant les 6 mois qui précèdent le départ, les groupes, d’environ 15 à 18 étudiants, se réunissent tous les mois autour de leur accompagnateur pour organiser la collecte des fonds nécessaires aux chantiers (environ 30.000 euros par groupe) pour préparer les aspects pratiques du voyage (vaccinations, assurances, billets d’avion, etc....), pour se former sur les réalités du pays (approche politique, économique, culturelle et spirituelle).

Déroulement du séjour
Sur place, dans le village, pendant environ 4 semaines, les étudiants travaillent cinq jours par semaine sur leur chantier : ils participent à la construction des bâtiments avec les ouvriers indiens, assurant quelques tâches exigeant peu de qualifications (portage des matériaux, creusement des fondations, criblage du sable, préparation du ciment), encadrés par des maîtres d’œuvre et maçons indiens.

En fin de journée, après le chantier, ils peuvent organiser des jeux avec les enfants du village et visiter les familles qui les invitent. Ils se réunissent certains jours pour des mises en commun avec leur accompagnateur. Si celui-ci est prêtre, une messe quotidienne est proposée ; sinon d’autres formes de prière sont possibles. Des rencontres sont organisées avec les animateurs locaux de développement, l’instituteur du village... Après les quatre semaines de chantier, beaucoup partent en petits groupes pour un voyage culturel de deux semaines environ.

A quoi s’engage-t-on en se portant candidat ?

  • S’investir sérieusement dans la préparation : constitution de l’équipe, préparation culturelle (lire des livres ou articles sur l’Inde, sa culture, sa religion, son système social, etc.), démarches diverses, etc. Cela exige plusieurs réunions entre janvier et juin, auxquelles il est indispensable d’être présent.
  • Prendre une part active à la recherche collective du financement du projet. Il s’agit là d’une condition très stricte : l’équipe doit rassembler une somme importante (de l’ordre de 30.000 €) avant la mi-juin, pour payer les briques, le ciment, les autres matériaux, les salaires des maçons locaux, etc.
  • Entrer sans réticence dans l’esprit "Inde-Espoir" : le but n’est pas le tourisme, ni la recherche de sensations fortes par le dépaysement. Il s’agit - à travers un réel service rendu aux plus pauvres du pays - de se mettre en situation d’une vraie rencontre des personnes, des réalités humaines, sociales, culturelles, religieuses, du peuple indien et en retour de se laisser soi-même interroger par cette rencontre. Si l’on n’éprouve pas ce désir, mieux vaut rester chez soi !
  • Accepter ce qu’exige une vraie vie d’équipe : partager les tâches, se soutenir mutuellement, respecter les différences... Individualistes, s’abstenir ! Il importe notamment d’accepter la participation active aux temps d’échanges sur l’expérience vécue qui seront proposés régulièrement par l’accompagnateur.
  • Etre capable de s’adapter à un mode de vie peu confortable et de travailler sous la chaleur.
  • Etre à l’aise en anglais, qui est l’unique langue pour communiquer.

Il n’est pas nécessaire d’être catholique pratiquant pour être candidat. Même si Inde-Espoir recrute les volontaires surtout dans les aumôneries étudiantes et que chaque équipe est accompagnée par un jésuite, la participation est ouverte à tous, croyants ou non. Il est même très souhaitable que les équipes ne soient pas homogènes du point de vue religieux. Mais tous doivent être à l’aise avec le fait que nous serons accueillis dans les réseaux chrétiens et que nous travaillerons en lien étroit avec des prêtres et religieuses. Les temps de prière qui seront proposés chaque jour (notamment l’eucharistie) à ceux et celles qui désirent y participer le seront évidemment dans le respect total des libertés de chacun.

Coût à prévoir
D’après l’expérience des années précédentes, chacun doit prévoir environ 1100 € s’il fait le chantier seulement, et ajouter de 200 à 300 € pour les deux semaines de voyage culturel libre. Cette estimation comprend tout : le billet d’avion AR, les trajets en Inde, les frais de séjour, les vaccins avant le départ, le visa, etc. Attention : chacun(e) doit se débrouiller personnellement pour trouver cette somme. Cette recherche ne doit pas interférer avec celle que l’équipe mène pendant six mois, collectivement, pour trouver les fonds nécessaires au financement du chantier.