Makkalmaradi

Makkalmaradi, Karnataka
2001
Partenaire: 

Notre chantier s’est déroulé à Makkalmaradi, un petit village rural dans le district de Belgaum (au nord du Karnataka, à l‘est de Goa). Nous avons participé à la construction d’un centre social, des fondations au sol du premier étage, pour une association indienne de développement, appelée Jana Jagaran. Le bâtiment construit permettra de mettre en oeuvre un plan d’éducation familiale et sociale : hygiène, soins à donner aux enfants, incitation à la scolarisation des enfants, gestion des économies, etc. L’année prochaine, un autre groupe partira pour compléter la construction mais la première forme du centre pourra très bientôt accueillir ses premières réunions.

Nous avons été particulièrement séduits par le credo de Jana Janagaran et impressionnés par la concrétisation de ses principes. L’association n’apporte pas d’aides financières aux habitants du district de Belgaum mais met en oeuvre des programmes de formation (par exemple, gestion des économies du foyer pour les mères de familles, couture pour les jeunes filles, soins aux troupeaux pour les bergers nomades, ...). Ces connaissances visent bien sûr à améliorer le quotidien des plus défavorisés. Mais elles permettent aussi, dans un pays où l’individualité s’efface derrière les traditions et la religion, de développer la confiance en soi et l’autonomie.

De plus, notre travail sur le chantier a légitimé notre présence à Makkalmaradi pendant un mois. Nous avons ainsi eu la chance de découvrir la vie de tous les jours dans les campagnes d’Inde. Nous avons découvert des coutumes parfois déconcertantes mais surtout nous avons été très touchés par les valeurs de générosité et d’hospitalité des villageois : l’accueil festif à notre arrivée, la joie de vivre des enfants et les invitations de leurs parents nous sont allés droit au coeur. Nous avons aussi pu constater avec amertume la grande rudesse et l’extrême précarité de la vie au village. Par exemple, la sécheresse sévissait pendant notre séjour, une récolte avait d’ors et déjà été perdue et les temps à venir s’annonçaient très durs si le climat ne s’améliorait pas.